Type de contenu

Collections

Fiches Qualité réglementaire
Acoustique

Bruits de chocs

L’essentiel

Le constat

Récurrence des non-conformités(1)

Bruits de choc perçus dans un logement :                                                      24 %

Bruits de choc transmis à partir des circulations communes :                         19 %

(1)Valeurs issues de l’Observatoire de laRéglementation Technique (ORTEC).

 

Principes et objectifs

La réglementation impose que les pièces principales d’un logement soient protégées des bruits de choc provenant de tous les locaux entourant le logement, à l’exception de ceux où les bruits de choc ne sont que très occasionnels.

La réglementation fixe une valeur du niveau de bruit à ne pas dépasser lorsque des impacts sont produits sur le sol d’un local extérieur au logement.

Tous les locaux extérieurs au logement (y compris les circulations) peuvent être considérés comme local d’émission, à l’exception des :

– balcons et loggias non situés immédiatement au-dessus d’une pièce principale ;

– escaliers dans le cas où un ascenseur dessert le bâtiment ;

– locaux techniques.

L’isolation acoustique des bâtiments d’habitation vis-à-vis des bruits de choc est vérifiée en utilisant une machine à chocs placée sur le plancher du local d’émission. Le niveau de bruit mesuré dans le local de réception tient à la fois compte de la constitution des parois horizontales et des parois verticales.

 

Diagnostics

Dans le cas du bruit de choc, le bruit est transmis par un solide qui se met à vibrer sous l’effet de chocs et provoque la vibration de l’air environnant. Cette vibration se propage jusqu’à l’oreille.

Dans un bâtiment, l’énergie acoustique transmise par le solide (le plancher, schéma 1) dépend de paramètres, tels que :

→ le type de plancher(lourd ou léger),

→ l’efficacité du revêtement de sol,

→ les jonctions entre les parois séparatives des locaux (plancher/plancher et/ou plancher/mur),

→ l’indice d’affaiblissement de chaque paroi,

→ le soin apporté à la mise en œuvre des matériaux, respect des prescriptions techniques du fabricant.

Principe de transmission du bruit de choc

Des points singuliers peuvent aussi favoriser la transmission du bruit de choc entre deux locaux, tels que :

→ la présence de parois légères (cloisons ou plafonds) solidaires d’une paroi séparative lourde qui génèrent des transmissions latérales importantes,

→ les gaines et/ou les canalisations traversant le plancher et non désolidarisées de celui-ci,

→ la présence d’équipements créant une liaison dure entre plancher et paroi verticale (par exemple, des meubles ou des radiateurs fixés au mur et posés au sol),

Exemple d’équipements créant une liaison dure entre plancher flottant et paroi verticale.

→ la barre de seuil créant une liaison dure entre le sol de la circulation commune et celui du logement,

→ les plinthes de carrelage créant une liaison entre un sol flottant et une paroi séparative,

→ les joints de carrelage réduisant à néant la désolidarisation entre deux éléments (dalle/dalle ou dalle/mur).

Un mauvais choix et/ou une sous-estimation de l’effet d’un ou plusieurs des points ci-dessus peuvent être à l’origine d’un niveau de bruit de choc important dans le logement et d’une non-conformité réglementaire.

 

Les bonnes pratiques

> Intégrer la dimension acoustique dès la conception. Une attestation acoustique s’appuyant sur des constats effectués dès la conception devra être fournie à la fin des travaux.

D’une façon générale, il faut retenir que le strict respect de la réglementation apporte un minimum de confort. Il est souvent préférable de cibler une performance acoustique meilleure que celle correspondant au niveau réglementaire. Les objectifs d’isolement doivent être fixés et les calculs seront réalisés dans cet esprit.

En phase travaux, seule une mise en œuvre exempte de défauts permettra d’atteindre les objectifs fixés.

L’information et la coordination entre les différents corps de métiers sont capitales, dans un enchaînement de tâches, telles que :

– préparation de la dalle support,

– mise en place de la sous-couche résiliente,

– coulage de la chape ou de la dalle flottante,

– pose du carrelage, réalisation des joints de carrelage,

– collage des plinthes et pose des équipements.

Chaque intervenant peut, en effet, réduire à néant la qualité acoustique atteinte par le lot précédent.

Exemples de quelques points réclamant une attention particulière :

> Dalles et chapes flottantes

– Bien nettoyer la dalle support pour éviter le poinçonnement de la sous-couche résiliente ;

– Respecter un recouvrement entre 2 lés de sous-couche ;

– Éviter les vides lors de la pose de la sous-couche qui fragilisent la dalle en périphérie ;

-Ne pas mettre les plinthes en contact avec le sol flottant ;

Attention ! les sous-couches utilisées pour l’isolation thermique ne conviennent pas obligatoirement à l’isolation acoustique.

> Canalisations

– Intégrer les canalisations dans la dalle support ou les noyer dans une forme suffisamment épaisse sous l’isolant de la dalle ;

– Éviter les traversées de dalles par les canalisations, à défaut, prévoir un fourreau résilient pour isoler celles-ci.

> Équipements

– Désolidariser du sol les équipements reliés aux murs.

Cas particulier des maisons individuelles en bande :

La transmission du bruit de choc entre deux logements sera interrompue en prolongeant le joint de dilatation jusqu’au bas des fondations (attention à la propreté du joint et à l’utilisation d’un matériau résilient dans celui-ci).

Quelques exemples.

 

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

 

L’essentiel

– Identifier les risques de transmission du bruit de choc et prescrire clairement les solutions retenues dès la phase étude.

– Sensibiliser les intervenants des corps d’état concernés sur les points singuliers et les risques de malfaçons.

– Vérifier la propreté des supports et la précision de la mise en œuvre en cas de dalle ou chape flottante.

– Ne pas créer de ponts acoustiques lors de la pose des plinthes, de la réalisation des joints de carrelage et de la mise en place des équipements.

 

A consulter

– Articles L.111-4 du et R111-4 du CCH.

– Arrêté du 30 juin 1999, relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation.

– Arrêté du 30 juin 1999, relatif aux modalités d’application de la réglementation acoustique.

– Arrêté du 27 novembre 2012 relatif à l’attestation de prise en compte de la réglementation acoustique applicable en France métropolitaine aux bâtiments d’habitation neufs.

– Circulaire 2000-5/UHC/QC1/4 du 28 janvier2000, relative à l’application de la réglementation acoustique dans les bâtiments d’habitation neufs.

Bibliographie :

– Exemples de solutions acoustiques – Réglementation acoustique 2000 (DGUHC),mai 2002.

– Comprendre simplement l’acoustique des bâtiments – éditions Le Moniteur.

– Fiches d’accompagnement de la n.r.a (Direction de l’Habitat et de la Construction).

– Fiches pathologie du bâtiment de l’AQC : « Fiche E.8 – Défauts d’isolation acoustique »

www.qualiteconstruction.com

– Guide DHUP « Construire sain »

www.developpement-durable.gouv.fr

 

© Copyright Ministères en charge du logement et de la construction – 2013 – Tous droits réservés
© Copyright Agence Qualité Construction – 2013 – Tous droits réservés

Collection

Acoustique

Référence

G3

Parution

septembre 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des contenus et publicités ciblés et nous à nous permettre de procéder à des analyses statistiques d’audience et de navigation. Vous pouvez en savoir plus et paramétrer les cookies en cliquant ici