Type de contenu

Collections

Fiches Qualité réglementaire
Sismique

Murs en maison individuelle

L’essentiel

Le constat

Récurrence des non-conformités(1)

Le contrôle de la rubrique parasismique en maison individuelle est une pratique récente et donc peu répandue sur le territoire métropolitain pour en tirer des évaluations statistiques fiables.

Les premiers contrôles ont constaté une mauvaise prise en compte du zonage sismique et des règles parasismiques.

Les conséquences impactent principalement les fondations,les structures et les charpentes.

Le contrôle de la rubrique parasismique en maison individuelle n’est pas développé en Outre-mer à la date d’édition. Les particularités liées aux règles de construction parasismique aux Antilles (CPMI Antilles) ne sont pas développées dans cette fiche.

 

Principes et objectifs

Les éléments verticaux permettant de résister aux sollicitations horizontales engendrées par un séisme sont nommés contreventements verticaux. Ils permettent la transmission des efforts sismiques jusqu’aux fondations. Les règles PS-MI 89/92 autorisent l’utilisation de plusieurs types de contreventements verticaux : murs en maçonnerie chaînée ou en béton banché, ossatures en bois ou en acier, panneaux en béton préfabriqués et correctement liaisonnés. Le contrôle des règles de construction concerne aujourd’hui uniquement la maçonnerie chaînée.

Dans cet objectif, la réglementation impose :

– une longueur minimale de contreventement dans chaque direction en fonction du nombre de niveaux, du type de toiture (lourde ou légère) et de la surface du bâtiment,

– une répartition équilibrée des contreventements sur les façades du bâtiment,

– une longueur minimale pour un panneau de contreventement (1,10 m),

– des dispositions constructives permettant d’assurer le confinement de la maçonnerie par la mise en place de chaînages verticaux en bordure des panneaux de contreventement.

Dans certains cas, des joints parasismiques doivent être mis en œuvre. Ils permettent de constituer des blocs mécaniquement indépendants pour un même bâtiment. Ils sont fréquemment utilisés par les professionnels pour rester dans le cadre des configurations en plan et en élévation acceptées par les règlesPS-MI 89/92.

 

Les bonnes pratiques

Référence règles PS-MI 89/92

> Au stade de la conception, veiller à la bonne définition de l’emplacement des joints parasismiques.

> Assurer la présence de suffisamment de murs de contreventement régulièrement répartis sur les façades du bâtiment.

> Prévoir des chaînages verticaux de part et d’autre de chaque mur de contreventement, à tous les angles saillants et rentrants de la construction, aux intersections entre murs et autour des ouvertures de hauteur supérieure ou égale à1,80 m.

> Prévoir l’encadrement des baies de dimensions supérieures à0,60 m.

> Dans le cas de l’emploi de petits éléments creux, n’utiliser que des blocs possédant une paroi intermédiaire.

> Veiller à une bonne mise en œuvre des matériaux :

– pas d’utilisation de chutes ou de matériaux dégradés lors du transport ou du déchargement,

– s’assurer du bon remplissage des alvéoles par le béton pour un enrobage correct des armatures,

– harper la maçonnerie pour les chaînages banchés et coulés en place.

– remplir les joints verticaux entre les blocs maçonnés.

> Assurer la continuité du joint parasismique au niveau de l’ensemble des éléments de la structure : fondations, murs, charpente, couverture, auvent…

Mise en place du joint parasismique. Le joint peut s’arrêter au-dessus des semelles de fondations.

> Retirer les éléments obstruant le joint parasismique une fois les murs montés.

Continuité du joint au niveau des pointes de pignon.

 

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

 

L’essentiel

– Prévoir, si besoin, un joint de fractionnement continu des fondations à la couverture et vide de tous matériaux.

-Prévoir le contreventement vertical de la structure par l’implantation de panneaux de contreventement en maçonnerie chaînée.

– Veiller à la qualité d’exécution des chaînages et des recouvrements entre chaînages.

 

A consulter

– NF P 06-014 dite règles PS-MI 89 révisées 92. Construction parasismique des maisons individuelles et des bâtiments assimilés. Mars 1995.

– MÉMO CHANTIER ®AQC .Principes parasismiques en maisons individuelles – Quelques bonnes pratiques.

www.qualiteconstruction.com

© Copyright Ministères en charge du logement et de la construction – 2013 – Tous droits réservés
© Copyright Agence Qualité Construction – 2013 – Tous droits réservés

Collection

Fiches Qualité réglementaire

Référence

H3

Parution

septembre 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des contenus et publicités ciblés et nous à nous permettre de procéder à des analyses statistiques d’audience et de navigation. Vous pouvez en savoir plus et paramétrer les cookies en cliquant ici