Type de contenu

Collections

Fiches Qualité réglementaire
Sécurité incendie

Désenfumage de l’escalier

Dispositifs et réglementation pour garantir la sécurité des personnes en cas d'incendie

L’essentiel

Le constat

Récurrence des non-conformités(1)

Désenfumage de l’escalier

Toutes familles de bâtiments confondues :                                      23 %

Pour les seuls bâtiments de 3e famille A :                                        31 %

(1)Valeurs issues de l’Observatoire de la Réglementation Technique (ORTEC)

Principes et objectifs

– L’escalier constitue le moyen d’intervention privilégié des pompiers pour combattre le sinistre et assurer l’évacuation des personnes en danger.

– Un dispositif, fermé en temps normal, permettant de désenfumer l’escalier (au moment où il le faut et avec une double commande) doit être mis en place en partie haute de la cage d’escalier :

– détection de la fumée et commande automatique d’ouverture,

– commande manuelle depuis le bas de l’escalier (pneumatique, électrique et câble).

– Désenfumage des cages d’escalier, exemple de schéma de principe :

Schéma de principe des différents mécanismes pour le désenfumage d'une cage d'escalier

Désenfumage des cages d’escalier, exemple de schéma de principe

Diagnostics

Le désenfumage de l’escalier est un élément primordial dans le traitement de la sécurité incendie du bâtiment.

En effet, les fumées sont la principale cause de décès. Même un peu de fumée constitue une difficulté pour respirer, se repérer,et crée rapidement des situations de panique et de perte d’orientation.

Les consignes, en cas d’incendie, incitent les occupants à rester dans leur logement et à se manifester auprès des secours extérieurs. Toutefois, la pratique courante est de chercher à fuir le bâtiment sinistré.

Il est fréquent de constater :

  • un système d’ouverture inadapté et/ou inefficace dû à une mauvaise mise en œuvre,
  • des systèmes non entretenus, non vérifiés annuellement,
  • l’absence de DAD en 3efamille A,
  • des commandes d’ouverture manuelles mal repérées (signalées simplement par « alarme »).

Les bonnes pratiques

Pour garantir un désenfumage efficace de la cage d’escalier :

  • Privilégier un système de réarmement manuel par treuil si l’accès au lanterneau de désenfumage est délicat.
  • Vérifier le bon fonctionnement et l’efficacité du dispositif.  Du fait de l’intervention nécessaire de plusieurs corps d’état (châssis en partie haute, détecteur, ligne de com-mande reliant le détecteur au système de verrouillage du châssis, dispositif de commande manuelle), des essais des deux fonctions (automatique et manuelle) à réception du bâtiment s’imposent.
DCM : renvoi d’angle sans poulie pouvant entraîner un défaut d'ouverture du dispositif de désenfumage
Renvoi d’angle sans poulie pouvant entraîner un défaut d’ouverture (frottement et usure du câble).
  • Remettre en état le système d’ouverture pneumatique (car-touche de rechange disponible en permanence) après fonctionnement, qu’il soit volontaire ou accidentel.
  • Vérifier annuellement le bon fonctionnement de l’installation. Ceci doit être consigné dans un registre de sécurité (comme toutes les vérifications obligatoires des systèmes dans un bâtiment) ; c’est une obligation du gestionnaire.
Levier de manoeuvre d'un dispositif de désenfumage bloqué par un bout de bois Vérin d'un vélusque hors-service avec la poulie arrachée de son support
Levier de manoeuvre d’un DCM bloqué par un bout de bois Vérin hors-service et poulie arrachée de son support
  • Respecter scrupuleusement les prescriptions détaillées dans les normes, ceci conditionne le bon fonctionnement (mise en œuvre des lignes de commande mécaniques, pneumatiques ou électriques). Le risque éventuel d’accumulation de neige sur le châssis de désenfumage nécessite des mesures particulières.
  • Implanter les châssis de désenfumage afin de permettre un désenfumage complet (à hauteur d’homme)de la partie supérieure de la cage d’escalier. L’ensemble du châssis de désenfumage doit intégralement être au-dessus du niveau des linteaux des portes du dernier niveau habité (décision de la commission du règlement de construction).
Exemples d'emplacement de châssis de désenfumage. Important de le positionner au-dessus du niveau des linteaux des portes

Bon et mauvais exemple d’emplacement de châssis de désenfumage : en haut, bon exemple, avec un châssis au-dessus du niveau des linteaux des portes du dernier niveau habité. En bas, exemple d’un châssis mal positionné (trop bas).

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

Tableau des étapes de vérification nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire de désenfumage d'escalier

 

L’essentiel

– Le châssis de désenfumage doit systématiquement être disposé au-dessus du niveau des linteaux des portes des derniers niveaux habités.

– Le mise en œuvre du système de désenfumage demande l’intervention de plusieurs corps d’état. Une bonne coordination est incontournable.

– Le système de désenfumage doit être entretenu et vérifié annuellement.

A consulter

– CCH : article R.111-13

– Arrêté modifié du 31 janvier 1986 relatif à la protection des bâtiments d’habitation contre l’incendie : article 25.

– Décision de la commission du règlement déconstruction – sous-commission incendie-logement du Ministère en charge du Logement – Séance Plénière du 23 novembre 2007.

Date de parution
Septembre 2013© Copyright Ministères en charge du logement et de la construction – 2013 – Tous droits réservés
© Copyright Agence Qualité Construction – 2013 – Tous droits réservés

Collection

Fiches Qualité réglementaire

Référence

B1

Parution

septembre 2013

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des contenus et publicités ciblés et nous à nous permettre de procéder à des analyses statistiques d’audience et de navigation. Vous pouvez en savoir plus et paramétrer les cookies en cliquant ici